Accusé de sévices sexuels

LE TAMPON. «J’ai retiré son pyjama et j’ai enfoncé mon sexe. Elle pleurait. J’ai continué comme un con». Les aveux de ce conjoint violent lors de sa garde à vue laissaient espérer un début de mea-culpa quant aux violences et sévices sexuels qu’il a fait subir à la mère de ses 4 enfants. Pourtant hier à la barre, Vincent L. a montré un tout autre visage, cumulant toutes les phrases clichés des hommes violents: «Madame exagère», «j’étais mal dans ma peau et elle ne voulait pas m’écouter»… Ne parlant que de lui, de ses états d’âme, de ses envies suicidaires, le prévenu, qui n’a pas exprimé une once de regrets, a même fini par feindre un malaise.

Auteur de l’article : G.A

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *