Une nouvelle déchetterie à Bagatelle

La Cinor vient d’ouvrir une nouvelle déchetterie à Bagatelle, sur les hauteurs de Sainte-Suzanne. Il s’agit de la onzième du territoire et de la troisième implantée à Sainte-Suzanne, avec celles de la Commune Bègue et de la Marine.
Depuis le 5 février, la Cinor compte désormais 11 déchetteries réparties sur le communes membres de l’agglomération du Nord, allant de Saint-Denis, à Sainte-Marie et Sainte-Suzanne.
Située au 15, chemin Eloi Machoro, non loin du stade de football, cette nouvelle déchetterie s’inscrit dans le cadre d’une volontéde maintenir un service de proximitéd’apports volontaires de déchets ménagers

«Cette déchetterie permettra aux administrés de se débarrasser de déchets posant des problèmes particuliers d’élimination en termes de volume, tels les encombrants par exemples. Auparavant, l’administréavait un long parcours àfaire jusqu’au littoral de la Marine pour le dépôt de ses encombrants. Sinon on retrouvait ces encombrants et carcasses au sein des dépôts sauvages», explique Josette Bouranne, Vice-Présidente de la commission environnement.
Cette déchetterie, gérée par la société Elysis, vient donc combler un manque sur ce quartier situéàmi hauteur.

«Nous avons expérimenté auparavant des déchetteres mobiles et tiréle constat que les administrés jouaient le jeu. Ce qui nous a confortédans la décision de créer cette déchetterie. Nous sommes confiants, l’outil a montréqu’il se révélait un complément de la collecte en porte à porte», poursuit l’élue de la Cinor, confiante dans la démarche d’apport volontaire.

Pour la Cinor, il s’agit d’un atout de plus dans la mise en œuvre de sa politique environnementale. La croissance régulière des tonnages (+5%) et des entrées en déchetteries (+4%) en atteste. Depuis quelques années, on constate ainsi un tonnage collecté d’encombrants ménagers supérieur en déchetteries qu’en porte à porte (2016: 10 000 tonnes collectés en déchetteries et 5 000 tonnes en porte à porte).

De part la variété des équipements d’accueil (voir ci dessous), cette plate forme de transit permettra d’orienter au mieux les déchets vers les filières locales (et internationales) de valorisation et de traitement et contribuera ainsi à diminuer les coûts globaux de gestion des résidus de la collectivité, ; de même qu’àv aloriser l’effort des utilisateurs de la déchetterie.
Encombrants, déchets verts, gravats, placo, textiles, lampes, piles, bouchons, emballages, cartons, huiles de vidange, électroménagers : on peut tout déposer ou presque.
Compte tenu de la densité de population du quartier de Bagatelle, estimée à4 500 habitants, la Cinor s’attend à un volume de tonnage similaire à la récente déchetterie des Gaspards de Sainte Marie. Soit un peu plus de 1 000 tonnes traitées la première année d’exploitation.
«Selon le schéma d’évolution des tonnages observé sur nos sites, nous retiendrons une hypothèse de progression d’au moins 5% par flux chaque année », estime Rachid Razzak, directeur du service environnement.

L’originalité du projet réside dans le couplage programmée avec la future ressourcerie qui verra le jour fin 2018-début 2019. «A l’entrée de la déchetterie, l’agent pourra réorienter directement les déchets valorisables (D3E hors froid, mobiliers et textiles) sur cette ressourcerie. On gagne en gain de temps et de coûts de déplacement. Cela nous permet de donner une seconde vie à nos déchets et d’être en phase avec notre politique de développement durable et d’économie solidaire, porteuse en termes de créations d’emploi, nous l’avons vu avec la ressourcerie Léla, à La Mare», conclut la Vice-Présidente déléguée environnement de la Cinor, et d’ajouter: « qu’il est prévu que chaque déchetterie puisse avoir un espace de réemploi, où seront mis à disposition du public les objets réutilisables, afin d’éviter de les enfouir ».
La déchetterie de Bagatelle a été réalisé par SRA à hauteur de 56 077 k€ht pour le bâtiment et par ETAM BTP pour un coût de 551 647 €ht pour les voiries (VDR).
Le coût total, tenant compte des autres équipements (bennes et contenants de déchets) est 607 724€HT, financée à parts égales par la Cinor et l’ADEME à hauteur de 50%.

Heures d’ouvertures : du lundi au samedi de 7h30 à12h-, 13h à17h30. L’accès est autorisé aux véhicules de moins de 3,5 tonnes, particuliers et professionnels.

Les équipements:
– 6 quais de déchargement pour les caissons suivants (7) : encombrants (2), déchets verts (2), ferrailles en vrac (1), gravats (1) et placoplâtre (1) , accessibles à partir du quai haut
– Une aire de stockage sera réalisée pour les bornes d’apport volontaires (10 bornes : emballages plastiques (2), verre (2), journaux-magazines (2), emballages métalliques (1), huiles de vidange (1), textile (1) )
– Un emplacement réservé au caisson fermé dédié aux cartons
– Une aire de stockage fermée pour les réceptacles de piles, lampes et petits D3E.
– Une aire de stockage ouverte pour les D3E volumineux (déchets électroniques, électroménagers et électriques) : réfrigérateurs, machines à laver et lave-vaisselles pour l’essentiel
– Un local gardien, d’au moins 30m², avec un bureau, des sanitaires (vestiaire, rangement, lavabo, WC et cabine douche), équipéen éclairage, téléphone, eau potable, assainissement autonome et climatisation.

Source: la CINOR

 

Auteur de l’article : Admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *